L’art dans l’espace public

L’ECAV se donne comme orientation prioritaire de recherche les questions liées à l’art dans l’espace public et choisit d’ancrer cette problématique dans le contexte de sa localisation géographique – position périphérique, décentrée, frontalière, touristique, alpine –. La présence d’un environnement naturel remarquable et la coexistence dans un même lieu de cultures et de pratiques diverses sont des sources d’inspiration pour concevoir des formes originales d’expérimentation artistique et pour engager des processus différenciés de théorisation et de pensée. 

 

La région de Sierre, plus généralement le Valais, permet en effet de situer les enjeux d’une recherche artistique dans le contexte particulier d’un lieu à l’écart des grands centres urbains  ; un lieu longtemps marqué par la double empreinte de l’éloignement et de la marginalisation culturelle, mais qui, sous les effets conjugués des mouvements de migration, de l’essor du tourisme et du développement des technologies de communication, a rompu son isolement  ; un lieu certes décentré, mais néanmoins ouvert sur l’extérieur, richement interconnecté, et qui se nourrit d’apports et d’échanges multiples. Des identités culturelles de provenance diverse y circulent, s’y croisent, à l’occasion s’y installent, offrant à la pratique artistique un champ d’investigation dense, complexe, changeant, riche à interroger. 

 

A cette progressive densification et diversification du tissu social et humain s’ajoute un patrimoine paysager remarquable, le spectacle d’une nature qui impose encore sa présence. Le chercheur y trouve le calme propice à la réflexion, l’artiste une source d’inspiration pour concevoir et tester de nouvelles propositions plastiques, inventer des dispositifs de partage de la démarche artistique.

 

L’ECAV entend ainsi valoriser sa position périphérique et réactiver sous une forme contemporaine ce qui fut longtemps un privilège des marges  : à la fois l’espace pour concevoir des formes originales d’expérimentation artistique et le temps pour engager des processus différenciés de théorisation et de pensée. Le dialogue instauré avec des instituts et des chercheurs localisés dans la même région lui permet en outre de croiser les regards et de placer la recherche artistique dans le voisinage d’autres disciplines (art & travail social, art & thérapie, art & tourisme culturel).

 

Pour nourrir son ancrage local et régional, l’ECAV s’est naturellement tournée vers des pratiques artistiques représentatives de cultures également périphériques ou décentrées. Au fil des ans, elle s’est constituée un important réseau d’artistes de renom, de centres d’art, d’écoles et d’instituts de recherche reconnus avec lesquels elle collabore régulièrement.

 

Par le biais de son programme de résidence, l’école accueille des artistes et des chercheurs en provenance de l’hémisphère sud et des régions périphérique du continent européen. Outre un enrichissement des enseignements dispensés au niveau des formations Bachelor et Master, cette présence régulière permet de traiter des questions localement pertinentes selon des perspectives et des points de vue extérieurs, distancés ou décalés.

Agenda