Projets

Projet les Relaisans et le relaisans

Les Relaisans et le relaisannais

Projet conçu pour la Triennale Valais | Wallis 2017

Cette proposition artistique a été conçue pour la Triennale du Valais 2017. Elle a pris forme dans le cadre d’un cours sur l’art dans l’espace public dirigé par Marie Sacconi durant le semestre de printemps à l’ECAV.

La première étape a consisté à élaborer des scenarii à partir d’une question simple : qui sont les Relaisans ? Quel type de population constituent-ils ? Contrairement à tout autre territoire, on peut affirmer d’emblée que nous sommes tous potentiellement Relaisans, pour une durée plus ou moins longue, mais néanmoins en tant que population passagère.

Voici quelques extraits des fictions écrites par les étudiants (Chelsea Ensor, Hélène Spycher et Lorysmar Franco) :

The myth surrounding this small village is one that dates back throughout generations, the legend of the reclusive Suisse Alp dwarfs and their powerful, limitless production of cheese. This special cheese is the main icon that surrounds the village and draws in curious travelers from all around the World. The cheese has the apparent quality to never run out, as long as a small crumb is left over after consumption, the cheese will regrow and provide food for the entire community. Not only do travelers visit in order to catch a glimpse of this legendary cheese, but explore the area to try and taste it for themselves. The Relaisans rely on the steady flow of curious adventurers to fund their village by selling goods and cheese to each visitor. (Chelsea Ensor)

Depuis quelques siècles, les Relaisans constituent une énigme pour la société suisse. Récemment, il a été possible de la déchiffrer. Cette population a vécu de nombreuses années dans l’anonymat pour des raisons géographiques. Un sentiment caractérise ces citoyens : l’indétermination. Au lieu d’écrire, ils font des esquisses, ils ont une langue propre composée de phonèmes inspirés des animaux de la région. Cette indétermination ne se limite pas aux moyens de communication mais aussi à leur mode de vie, leurs valeurs et leurs habitudes. C’est dans ce contexte si particulier qu’une des plus importantes société de poètes a été fondée. (Lorysmar Franco, extrait de l’encyclopédie relaisanne)

Routes sinueuses et chemins escarpés étaient empruntés depuis des siècles par ces femmes que l’on peinait à nommer. Communément appelées Relaisannes, je préfère athlètes, messagères, penseuses, leadeuses, gardiennes ou médiatrices. En effet, leur rôle était multiple; la richesse de leurs existences s’était avérée dès leur première apparition sur le territoire. L’importance de leur mission était comprise par toutes et par tous. A l’aube des premiers jours, une course effrénée s’était enclenchée et, depuis, tous les Relaisans ne cessaient de courir, se passant le relais d’année en année. Ici, là-bas, tous avaient en tête l’amélioration, le perfectionnement, de la condition relaisanne. Sans cesse, et pour toujours, à la conquête de la paix et de l’amour. Animés par ce besoin de vivre et de faire vivre. Nourris par de petites victoires. Parfois noyés par les vagues immenses et décourageantes. Ensemble… Et peut-être est-ce comme cela que je les nommerai désormais… Ils n’abandonnaient jamais.(Helène Spycher).

 

Nous nous sommes appuyés sur ces scénarii pour donner forme à une propositions artistique en deux parties composée de 7 affiches et d’une bande son.

La bande son se présente comme une scansion ou encore un mantra. Ces deux modes ont constitué des modèles lointains pour le montage des séquences. Les sonorités, les mots proviennent des patois des vallées environnant le relais du Grand Saint Bernard. Ils sont prononcés par des Relaisans et se permettent quelques libertés avec le valaisan. La bande son propose un espace méditatif aux passagers du relai. Son rythme s’inspire des effets hypnotiques de la route et ses effets mettent l’accent sur la transcendance du paysage alpin. Le son est diffusé dans une cloche sous laquelle se place l’auditeur. Elle se trouve au centre d’un lieu d’information sur le territoire du Valais central.

Bande son 1 sur SoundCloud 

Bande son 2 sur SoundCloud

 

Les 7 affiches se réfèrent visuellement à un ouvrage de Maurice Chappaz, Portait des Valaisans en légende et en vérité, dans l’édition Le livre du mois, Lausanne, 1969.

Ce livre sert de support visuel aux affiches. Pour la circonstance, il devient Portrait des Relaisans en légende et en vérité. Sur sa couverture comme sur son dos, apparaissent des portraits photographiques de Relaisans, personnes en transit ou travailleurs du relais. Tous apparaissent indistinctement. Ces affiches veulent s’adresser directement aux Relaisans dès qu’on se reconnaît tel. Elles constituent une sorte de matériel anthropologique mais aussi une incitation à se sentir Relaisan. Leur fonction poursuit en effet différentes visées.

 

Responsable :

Marie Sacconi

 

Participants :

Yossof Baddri

Laurent Perret-Gentil

Marilyne Kölbl

Fanny Delarze

Lorysmar Franco

Chelsea Ensor

Océane Khiar

Julie Cottet

Nadine Schär

Chelsea Ensor

Tillie Stevenson

Maëlle de Kaenel

Margot Laeser

Andrea Bohne

Samuel Tenot

Isabelle Fritz

 

Assistant :

Martin Jakob