actualités

« Vignes en mouvement »

07.03.2017

Creative Villages a le plaisir de vous inviter à:

« VIGNES EN MOUVEMENT » 

Conférence/vernissage sur la thématique des vignobles
Avec Jean-Henry Papilloud, historien, et Gilbert Vogt, photographe.

Mardi 7 mars, à 19h00, au Café des Mayens, à Montagnon 
Suivi d’un apéritif
 

Vignes en mouvement

Difficile d’être photographe en Valais et de ne pas s’intéresser à la vigne. Dès les débuts de la photographie, les vignobles sont dans l’objectif. Au XXe siècle, il suffit d’évoquer les noms de Charles Krebser, Hans Steiner, Benedikt Rast, Theo Frey, Max Kettel, Raymond et Philippe Schmid et, plus près de nous d’Oswald Ruppen, pour mesurer à la fois l’attractivité du sujet et le trésor d’ingéniosité qu’ont déployée les auteurs pour montrer davantage qu’une simple carte postale changeante du paysage. Gilbert Vogt est de cette lignée.

Né à Bâle en 1960, Gilbert Vogt entre en photographie à la fois par hasard et par la volonté de saisir le moment présent et de le partager avec ses amis. C’est pour faire des reportages de concerts qu’il abandonne un métier à peine entrevu et c’est, paradoxalement, pour la même raison qu’il ne va pas au bout de sa formation de photographe. Avec son Leica, il se forme sur le tas, en photographiant. Non sans ambition. Ainsi, en 1994, il a l’audace et la chance de raconter le Valais en septante photographies dans un livre anniversaire. La vigne y occupe une bonne place. Mieux que tout autre sujet, elle illustre cette tension entre la nature sauvage et la cultivée, la tradition et l’innovation, l’ancien et le moderne. Mais comme toujours chez Gilbert Vogt, elle est surtout là par les personnes qui s’en occupent. Que ce soit aux vendanges, à la taille ou aux effeuilles, le photographe saisit des moments hors du temps qui acquièrent, par un soin imparable donné à la composition, une dimension symbolique qui est l’essence même de son approche. Les femmes dormant entre les murets, comme celles courbées sur les tablards, répondent aux sourires conquérants des hommes qui se projettent déjà dans les joies de l’ivresse. Tout un monde.

Le travail, « Vendanges 2016 », réalisé à Leytron est à la fois proche est différent de ce que nous connaissons de Gilbert Vogt. Commandité par Creative Villages, le séjour du photographe dans cette grande commune viticole lui permet de saisir la face secrète de l’Humagne. Cela va de la surface agitée des vignes sur laquelle flottent çà et là une tête ou une caissette, au geste sauvage et délicat du vendangeur qui saisit, à pleines mains, une grappe violette. Avec ses photographies en couleurs légèrement saturées, Gilbert Vogt nous invite à une balade en images aux sources mêmes d’un vin riche et puissant. Et nous voilà persuadés d’en avoir enfin compris la magie. Une évidence lorsque le verre généreux confirme en saveurs et en effets la singularité des photographies.

Jean-Henry Papilloud, février 2017