Forschungsschwerpunkte

Le pôle de recherche choisi par l’ECAV (l’art dans la sphère publiquedemande de se situer d’emblée dans un territoire qui n’est pas propre à l’art, mais s’ouvre à la présence, la coexistence et l’influence d’autres pratiques. Ce choix délibéré marque la volonté d’insérer la recherche artistique dans des contextes non spécifiques, de croiser les expériences et de partager les points de vue disciplinaires pour appréhender d’une autre manière une réalité complexe, multiple, métisséeParmi les différents éléments qui entrent dans la composition de cette réalité ouverte et complexe, nous en retenons trois qui constituent chacun un axe prioritaire de recherche :

 

La sphère publique comme espace naturel

Les phénomènes conjugués de l’urbanisation croissante et du dérèglement climatique marquent sans conteste notre époque qui hésite entre des impératifs divergentsvoire antagoniques – économiques et écologiquesagricoles et touristiquestechnologiques et environnementaux. Par la beauté et la richesse de son patrimoine paysager, par le spectacle d’une nature qui impose encore sa présence, le Valais est un laboratoire à échelle réelle qui permet d’étudier et d’explorer in situ de nouvelles manières de se rapporter à l’environnement.

 

La sphère publique comme espace culturel 

Les développements récents des technologies de la communication et de l’information induisent un phénomène d’amplification et de brassage culturellequel bouscule sans conteste les repères usuels. Une nouvelle géographie physique et mentale émerge et, avec elle, de nouveaux territoires moins clairement délimitésmoins stables et moins ancrés dans un lieu et dans une histoirePartagé entre tradition et innovationsoucieux de préserver son patrimoine non moins que de jouir des artefacts et des artifices de la modernité, le Valais nous semble un lieu privilégié pour étudier et explorer ces nouveaux territoires culturels où les cartes de l’ici et de l’ailleurs, de l’indigène et de l’exotique, du commun et du distinctif se trouvent mélangées ou redistribuées.

 

La sphère publique comme espace social 

Le mouvement accéléré des migrations et la mobilité accrue des populations locales modifient profondément la composition du tissu social, y dessinant sans cesse de nouveaux motifs. A ces mélanges induits par des apports extérieurs s’ajoutent encore le rapprochement de catégories ou de professions longtemps retranchées derrière leurs prérogatives et qui sont enclins ou enjoints maintenant de conjuguer leurs forces respectives pour de meilleurs ou plus efficaces résultats. L’art ne reste pas en marge de cette tendance de fond qui oppose au jeu de la seule concurrence les avantages d’un modèle coopératif, les opportunités offertes par le partenariat social. De nombreux artistes déplacent les enjeux de la création hors du champ traditionnel de la production et de la diffusion de l’art, manifestant ainsi leur désir d’inscrire la pratique au cœur même de la vie de la communauté. Par le réseau de compétences dont il a su se doter, le Valais nous permet d’instaurer un dialogue avec des instituts et des chercheurs localisés dans la même région et de situer la recherche artistique dans le voisinage d’autres disciplinesproches ou parentes.